À voir, à lire, à réfléchir # 29

À chaque parution de votre Indépendant, quelques suggestions de films, de livres, de conférences, de colloques ou d’expositions pour nourrir votre réflexion sur le métier de journaliste, maintenir le feu sacré, et stimuler votre curiosité.

Passez au Salon, ou à une librairie indépendante
Pour souligner la tenue du Salon du livre de Montréal, qui se tiendra du 14 au 19 novembre à la Place Bonaventure, quelques ouvrages, de tous les genres, où l’on retrouve la signature de plusieurs journalistes chevronnés.

Une presse en péril
Journaliste à La Voix de l’Est, un quotidien de Granby, Marie-Eve Martel constate un effritement constant, et de plus en plus inquiétant, des médias locaux et régionaux. Pas une année ne passe sans que les fermetures se multiplient, autant de médias en moins pour décrire les hauts et les bas d’une communauté, souligner ses bons coups, et dénoncer les filous. Extinction de voix : Plaidoyer pour la sauvegarde de l’information régionale (Éditions Somme toute), un essai bien documenté, dresse un constat alarmant, mais offre aussi des pistes de solutions pour redresser la situation : celle du milieu journalistique, tout comme de la démocratie.

Les lendemains post-référendaires
On a pu le lire dans les pages du magazine L’Actualité et du journal Le Devoir Pierre Cayouette maîtrise aussi, et depuis longtemps, l’art du portrait, et du récit biographique, comme il l’a fait pour des personnalités aussi diverses que le footballeur Laurent Duvernay-Tardif, le commandant Robert Piché, et l’acteur et scénariste Claude Legault. En filigrane, il affiche toujours une grande passion pour la littérature, comme éditeur et conseiller littéraire. Après un premier roman (Les jambes de Steffi Graf, Québec-Amérique, 2007), il revient à la fiction avec Les amoureux du jour 2 (Éditions Druide), un récit d’amour, d’amitié, et de découvertes à l’aube de l’âge adulte, et au lendemain de l’échec du premier référendum sur l’indépendance du Québec le 20 mai 1980.

Quand les fake news font la une
Ce n’est pas un phénomène isolé, et encore moins délimité aux États-Unis. Les fausses nouvelles se répandent comme une traînée de poudre, et pas seulement grâce à la technologie et aux réseaux sociaux : l’ignorance, les préjugés, l’aveuglement idéologique, autant de phénomènes qui font circuler ces infos erronées. Dans Les fausses nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis (Presses de l’Université Laval), un ouvrage collectif sous la direction de Florian Sauvageau et Simon Thibault, le problème est abordé sous toutes ses facettes, et dans toute sa complexité, illustrant à quel point elles posent des défis importants pour nos sociétés, et la santé de la démocratie.

Une pensée qui incite à l’action
Noam Chomsky, l’un des plus grands penseurs de notre époque, n’a pas seulement marqué ses compatriotes américains – même si son discours ne résonne pas toujours dans les grands médias de son pays, un phénomène qu’il a scrupuleusement analysé. Philosophe, linguiste, antimilitariste, cet intellectuel de haut vol représente une véritable source d’inspiration, dont pour Normand Baillargeon, ancien professeur à l’UQAM et auteur de nombreux ouvrages, dont Petit cours d’autodéfense intellectuelle (Lux). Dans Hommage à Noam Chomsky : penseur aux multiples ramifications (Québec-Amérique), il dirige un collectif d’auteurs aux horizons les plus variés, dont quelques journalistes (Martin Forgues, Mathieu-Robert Sauvé), pour célébrer son exceptionnelle contribution aux idées, et au militantisme politique. Et pour souligner aussi son 90e anniversaire de naissance!