Le blogue

Un espace de discussion sur le journalisme indépendant et l’AJIQ, sur les hauts et les bas du métier, ses bouleversements et son avenir.

 

25 novembre 2014

Activités réservées aux membres: Un speed-dating du journalisme indépendant très couru

par L'Indépendant

La première édition du «Speed-dating» du mentorat de l'AJIQ s'est tenue le 26 octobre dernier, grâce à l'initiative de Sarah R. Champagne et d'Alexandre Guertin-Pasquier.


C'est ainsi que 16 apprentis journalistes ou nouveaux venus dans le métier ont eu la chance de faire valoir leur travail, leurs expériences et leurs objectifs de carrière à 9 mentors présents au cours de la soirée. Dans une formule conviviale de un ou deux apprentis par mentor pendant 10 minutes, le tout minuté par l'énergique animatrice Joëlle Sarrailh et interrompu par une cloche de magasin, chacun a tenté de susciter l'intérêt des mentors présents.


À la fin de la soirée, les mentors ont dû faire un choix difficile : inscrire le nom des 5 apprentis avec lesquels ils partageaient des affinités et avec qui ils sentaient qu'ils pourraient faire une différence. Les apprentis ont également eu à choisir les 5 mentors qui les inspiraient le plus. Le but : trouver des «matchs» presque parfaits.


L'enthousiasme des participants n'a pas semblé diminuer pendant ce «speed-dating», malgré le stress de «Je dois me vendre en 3 minutes» et le fait que c'était un éternel recommencement pour la durée des 9 rondes de mentors. Mais cette répétition a été salutaire pour plusieurs : «De speech en speech, je sentais que je m'améliorais», nous a rapporté une apprentie.


Cette première formule de jumelage express a été si concluante que l'AJIQ compte la reprendre dès l'année prochaine. Une occasion parfaite de se reprendre pour ceux qui n'ont pu s'inscrire ou ceux qui n'ont pas été sélectionnés cette année. Il n'y a rien de mieux qu'une deuxième chance!


Pour en savoir plus sur les règles du mentorat et l'aide que les apprentis sélectionnés obtiendront, cliquez ici. Pour les photos de la soirée, c'est par ici.


L'équipe du «Speed-dating» du mentorat
Sarah R. Champagne
Alexandre Guertin-Pasquier
Joëlle Sarrhail
Anabel Cossette-Civitella
Sara-Emmanuelle Duchesne


Les mentors de l'AJIQ

  • - Michel Coulombe
  • - Errol Duchaine
  • - Dominique Forget
  • - François Guérard
  • - Pascal Lapointe
  • - Jacques Nadeau
  • - Jean-Benoit Nadeau
  • - Kathy Noël
  • - Steve Proulx
  • - Jonathan Trudel


Lire la suite · Catégories: Bulletin L’Indépendant, Le blogue · Commentaires (0)

22 novembre 2014

Souper de Noël 2014

par Sara-Emmanuelle Duchesne

Pigistes et amis des pigistes, venez festoyer avec nous dans un excellent bistro français qui nous enjoint à apporter notre vin! Les non-membres sont les bienvenus. Pour manger avec régal et surtout, en bonne compagnie!


Nous en profiterons aussi pour lancer La Bourse AJIQ-Le Devoir 2015 lors de cette soirée.


Procurez-vous rapidement vos billets, les places sont limitées!


https://souper-noel-2014-ajiq.eventbrite.ca/


---> Le MARDI 9 DÉCEMBRE, dès 18 h 30, soyez des nôtres!


**APPORTEZ VOTRE VIN OU VOTRE BIÈRE (pas d'alcool vendu sur place)**


Menu table d'hôte - à décider par chaque convive sur place


Potage ou salade


Une (1) entrée :


  • - Profiteroles de fromage de chèvre au miel et boeuf braisé
  • - Tataki de marlin bleu, purée d'avocat et salade de quinoa
  • - Feuilleté d'escargots aux champignons

Un (1) plat principal :


  • - Cuisse de canard confite, purée de courge, sauce aux canneberges
  • - Pavé de morue, mousse de saumon fumé, écrasé de pommes de terre aux aromates et crème de wasabi
  • - Bavette de veau, purée de panais rôtis, sauce au poivre rose

Un (1) dessert :


  • - Gourmandise aux bleuets
  • - Crème brûlée au chocolat noir

Café filtre, thé ou infusion


Possibilité de menu végétarien. Faites-en la demande d'ici le 1er décembre à info at ajiq.qc.ca


Les allergies alimentaires seront à signaler AVANT le 1er décembre à l'AJIQ à info at ajiq.qc.ca


Combien ? 39 $ par personne, service NON INCLUS*.


*Vous pourrez ainsi apprécier le soir même le service et donner un pourboire en conséquence. L'AJIQ absorbe les frais Eventbrite de chaque billet vendu : un cadeau de Noël de nous à vous.


Quand ? Le mardi 9 décembre 2014, dès 18 h 30.


Où ?


Restaurant La Salamandre

4350, rue De La Roche H2J 3J1


Horaire de la soirée :


18 h 30 à 19 h : Cocktail (chacun amène son alcool)


19 h : Repas et présentations


À suivre... !


Procurez-vous rapidement vos billets, les places sont limitées!


https://souper-noel-2014-ajiq.eventbrite.ca/


Capture d'écran 2014-11-16 à 23.04.10.png

Lire la suite · Catégories: Activités, Bourse AJIQ-Le Devoir, Le blogue · Commentaires (0)

17 novembre 2014

La FNC et l'AJIQ réclament de Groupe TVA qu'il honore les contrats des pigistes signés avec TC Média

par AJIQ

Communiqué de presse

 

La FNC et l'AJIQ réclament de Groupe TVA qu'il honore les contrats des pigistes signés avec TC Média

 

Montréal, le 17 novembre 2014 - La Fédération nationale des communications (FNC-CSN) et l'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) unissent leur voix pour exiger de Groupe TVA qu'il respecte les contrats de base que les pigistes ont signés avec TC Média, si jamais le Bureau de la concurrence lui permettait effectivement d'acquérir 15 magazines appartenant à TC Média. 

 

Après une large mobilisation menée par les journalistes indépendants au printemps 2013, l'AJIQ avait réussi à faire reculer TC Média dans son intention d'imposer à ses pigistes un nouveau contrat qui leur ferait perdre des droits d'auteur et, surtout, leur droit moral (la paternité de leurs œuvres). Les pigistes sortaient enfin gagnants d'une bataille avec un grand groupe de presse. Depuis 2009, Québecor utilise le contrat le plus abusif du milieu au Québec : cession de certains droits d'auteur, cession du droit moral, utilisation des œuvres à n'importe quelle fin, sur n'importe quelle plateforme, dans n'importe quelle langue, dans n'importe quelle technologie présente et à venir, pour la fin des temps et dans l'univers entier, sans avoir à verser de redevances additionnelles. La FNC et l'AJIQ sont donc très inquiètes de l'acquisition prochaine de 15 magazines de plus dans le giron de Québecor.

 

« Déjà que les journalistes indépendants n'ont pas vu leur tarif de base augmenter depuis plus de 25 ans, si la transaction est autorisée par le Bureau de la concurrence, voilà 15 autres magazines qui risquent de violer les droits d'auteur de nos membres s'ils appliquent la politique de leur nouvel acquéreur. Avec toutes ces transactions qui concentrent les médias entre les mains des mêmes propriétaires, ça devient vraiment difficile de trouver des donneurs d'ouvrage qui offrent des conditions de travail décentes pour les pigistes », dénonce Simon Van Vliet, vice-président aux affaires stratégiques et juridiques de l'AJIQ et porte-parole.

 

« Pourtant, nous sommes de plus en plus de pigistes en information au Québec. Avec toutes les compressions qui affectent les différents médias, beaucoup de salarié-es ont été remplacés par des contractuel-les et c'est toujours plus difficile pour les journalistes indépendants de vivre de la pige. C'est l'avenir du métier qui est en péril et en bout de ligne, le droit du public à la pluralité des voix et à l'information de qualité », ajoute-t-il.

 

Pour la secrétaire générale de la Fédération nationale des communications, Pascale St-Onge, cela ne fait que confirmer qu'il est urgent que le gouvernement intervienne et qu'il instaure enfin pour les journalistes indépendants une loi similaire à celle sur le Statut de l'artiste, qui permettrait aux pigistes de négocier collectivement des conditions de pratique minimales.

 

« Cela fait 25 ans qu'on milite aux côtés de l'AJIQ pour qu'elle puisse être reconnue au sens de la loi en tant qu'association pouvant légalement négocier des contrats de base pour leurs membres, observe Pascale St-Onge. En ce moment, tout le pouvoir est du côté des donneurs d'ouvrage et ils abusent vraiment de cette situation. Le monde de l'information évolue à la vitesse grand V sans que personne ne s'en occupe. Combien de transactions, de compressions et de fermetures ça prendra encore avant que le gouvernement s'aperçoive qu'il y a de graves problèmes avec l'industrie médiatique et qu'on ne peut plus fermer les yeux? Présentement, les rois des médias font ce qu'ils veulent et c'est loin d'être dans l'intérêt du public ou des gens qui travaillent pour eux. »

 

-30-

 

À propos de la FNC

 

La Fédération nationale des communications (FNC) est une fédération syndicale affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Elle regroupe plus de 6000 membres, dont plus de 1500 journalistes.

 

À propos de l'AJIQ

 

L'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ), fondée à Montréal en 1988, est la seule organisation au Québec qui se bat pour de meilleures conditions de travail pour les journalistes à statut précaire (les pigistes, les contractuels et les surnuméraires) et pour leur avenir.

 

 

Information

 

Simon Van Vliet

Vice-président et porte-parole de l'AJIQ

514 750-3903

info@ajiq.qc.ca

www.ajiq.qc.ca

 

Lyle Stewart

Conseiller syndical CSN

514 598-2163

514 796-2066

 

 

 

 

Lire la suite · Catégories: Communiqués, Le blogue · Commentaires (0)

21 octobre 2014

L'indépendance du journalisme, toujours plus précaire

par L'Indépendant


Ce texte est inspiré d'une présentation de l'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) lors d'un panel sur l'avenir de l'information, présenté par la Fédération nationale des communications de la CSN (FNC-CSN) dans le cadre du Forum social des peuples le 22 août dernier à Ottawa.


« Du reporter freelance, les gens gardent l'image romantique d'un journaliste qui a préféré la liberté de traiter les sujets qui lui plaisent à la certitude d'un salaire régulier. Mais nous ne sommes pas libres, bien au contraire. »


Cette citation-choc de Francesca Borri, tirée de sa Lettre d'une pigiste perdue dans l'enfer syrien, publiée le 9 août 2013 dans le Nouvel Observateur, permet d'entrée de jeu de mettre en perspective le débat sur la précarité des journalistes au Canada. En effet, sans vouloir en minimiser l'importance, la précarité relative des journalistes d'ici ne se compare pas à la précarité absolue - physique, psychologique et économique - dans laquelle de nombreux journalistes exercent le métier dans les zones de guerre ou dans des contrées où la liberté de presse est à toutes fins pratiques inexistante. Un an après les États Généraux du journalisme indépendant au Québec, l'état des lieux de la profession n'en demeure pas moins inquiétant.


UN PAS EN AVANT, DEUX PAS EN ARRIÈRE...


Deux sondages distincts, réalisés respectivement par l'AJIQ et FPJQ en 2013 auprès des journalistes professionnels du Québec, montrent que le travail précaire en journalisme augmente. Cette précarité professionnelle a des impacts négatifs sur plusieurs aspects du travail journalistique, tant au niveau des relations de travail que des conditions de pratique, et mine à la fois l'indépendance et la qualité du journalisme. Cette tendance observée depuis de nombreuses années semble nous ramener petit à petit vers un journalisme d'une autre époque où les salaires médiocres, les conditions de travail précaires et l'absence de sécurité d'emploi rendait les journalistes vulnérables à toutes sortes d'influences et de conflits d'intérêts.


La dégradation des conditions de travail des journalistes et la dégradation subséquente de la qualité du travail journalistique s'accélère sous l'effet des mutations actuelles du monde des médias. Si les causes de cette dégradation sont multiples et complexes, une chose est certaine, c'est que les transformations en cours sont l'aboutissement de près d'un demi-siècle de financiarisation des entreprises de presse, de concentration de la propriété médiatique et, plus récemment, de convergence de contenus informationnels, culturels et commerciaux sur diverses plateformes.


Dans ce contexte d'hyper-concurrence, les journalistes professionnels se trouvent dans une position de dépendance de plus en plus grande face aux principaux donneurs d'ouvrage sur le marché. La profession souffre les conséquences des dysfonctionnements d'un marché oligopolistique de plus en plus déréglementé, dont les structures économiques mêmes entraînent le journalisme dans une crise à la fois financière, technique et institutionnelle.


LA TRIPLE CRISE DU JOURNALISME


Les modèles d'affaires de la presse de masse, développés au XIXe et au XXe siècles, sont encore largement inadaptés aux réalités de l'économie contemporaine des médias. Comme le faisait remarquer la secrétaire générale de la FNC-CSN, Pascale St-Onge, lors de sa présentation au FSP, « la migration des revenus publicitaires vers d'autres marchés que les médias traditionnels force ces derniers à s'adapter aux nouvelles technologies pour suivre les habitudes de consultation de l'information des citoyens mais aussi les nouvelles tendances en publicité ». En parallèle on assiste à une valse des transactions, fusions et restructurations que certains experts qualifient de « berlusconisation » (ou encore de « péladisation ») de l'économie des médias.


Les entreprises de presse privée se lancent dans des guerres commerciales dont le public, les journalistes et la presse indépendante sont les premières victimes, comme en témoigne le dénouement récent de la « guerre des hebdos » régionaux entre Québécor et Transcontinental, tandis que les radio-télédiffuseurs publics subissent des compressions draconiennes. Des transactions multimilliardaires se concrétisent dans le secteur des technologies de l'information et de la communication et ce, sur fond de crise financière dans le secteur des médias d'information. De cette fragilité financière de la presse, résulte une précarisation croissante du journalisme professionnel tant dans le secteur privé que dans le secteur public : une précarité qui traduit l'incapacité croissante des entreprises de presse, publiques comme privées, d'assurer des conditions de travail décentes aux journalistes, mais aussi l'inaptitude grandissante de ces entreprises à produire une information d'intérêt public, diversifiée et indépendante.


Malgré l'explosion dans la variété, sur le plan technique, de supports et des formats, on assiste en effet à une baisse de la qualité, mais aussi de la quantité d'information originale produite par les entreprises de presse traditionnelle. Par ailleurs, la mutation des supports et des formats médiatiques ainsi que la multiplication et fragmentation des canaux de communication transforment radicalement les pratiques journalistiques. Comme le faisait remarquer Edwy Plenel, fondateur du site d'information Médiapart, « l'avènement du média personnel » et « la révolution d'Internet » ont « fait tomber de son piédestal le journalisme ». En conséquence, celui-ci doit aujourd'hui « réapprendre, parfois à ses dépends, que le jugement, le point de vue, l'analyse ou le commentaire, l'engagement, l'expertise et la connaissance ne sont pas sa propriété exclusive ».


La fin du monopole des journalistes professionnels sur la production et la diffusion d'information est par ailleurs, du moins partiellement, à la source de la crise institutionnelle du journalisme. Malgré le travail de certaines unités de journalisme d'enquête, on assiste actuellement à l'érosion de la confiance du public envers les médias en général et envers les journalistes professionnels en particulier. Le nivellement par le bas de la qualité de l'information qui se traduit notamment par une évacuation de l'information à caractère sociopolitique au profit d'une information à caractère de plus en plus commercial et l'instrumentalisation commerciale et politique du travail journalistique ne sont certainement pas étrangers à cette crise de confiance. La perte de confiance du public peut s'expliquer en partie par la mise au jour, par des intellectuels critiques (et, plus rarement, par les journalistes eux-mêmes), des mécanismes de détournement idéologique de l'information à l'oeuvre dans ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler le modèle propagandiste des médias.


À tort ou à raison, les critiques envers le journalisme professionnel fusent de part et d'autre de l'échiquier politique : autant les élites de droite accusent les médias d'être trop à gauche, autant la base des mouvements sociaux de gauche accusent les médias d'être trop à droite. Quoi qu'il en soit, la crise de confiance du public envers le journalisme est bien réelle.


DES COMBATS URGENTS


Anne-Marie Brunelle rappelait récemment dans les Nouveaux cahiers du socialisme que le mouvement de syndicalisation des journalistes des années 1950-1960 ne pouvait pas se contenter d'une presse libre, mais réclamait des « journalistes libres ». Face à la crise contemporaine, on pourrait aujourd'hui inverser la formule : on ne peut pas se contenter aujourd'hui de journalistes libres, il nous faut une presse libre. Le milieu journalistique pourrait faire sien le programme énoncé par Edwy Plenel dans Combat pour une presse libre, soit: « défendre l'indépendance, promouvoir la qualité, restaurer la confiance ». Ce combat, nécessaire et urgent pour le journalisme, se joue en effet sur trois fronts indissociables : la défense de l'indépendance du journalisme, l'amélioration des conditions de pratique des journalistes et la revalorisation du travail journalistique.


L'indépendance en question ?


Le milieu journalistique ne peut ignorer qu'il existe une divergence grandissante entre les intérêts financiers et politiques des propriétaires d'entreprise de presse (incluant les gouvernements fédéral et provinciaux) et l'intérêt du public. On ne peut que saluer la conscience professionnelle des journalistes qui persistent à produire une information indépendante et de qualité dans ce contexte, mais la précarité tend à effriter leur liberté de conscience ou à limiter leur liberté d'expression.


C'est d'ailleurs ce qu'a révélé le congédiement du journaliste Pierre Allard après que celui-ci eut osé critiquer, sur son blogue personnel, l'éventuelle fermeture des quotidiens régionaux du groupe Gesca. Le propos de l'éditorialiste invité du journal Le Droit est éloquent : « J'ai toujours cru que le milieu journalistique en était un de remises en question constantes, de contestation, de reddition de comptes, du second regard, de réflexion et, par conséquent, de diversité et de choc d'idées. S'il reste quelque chose de ce bouillonnement que j'ai connu, ça ne paraît pas. Trop de journalistes ont la bouche cousue... »


Si la conscience professionnelle des journalistes est le dernier rempart de l'indépendance du journalisme, celle-ci ne tient donc plus qu'à un fil bien précaire. En effet, les conflits d'intérêts individuels liés à la précarité professionnelle croissante et les conflits d'intérêts corporatifs liés à la concentration de la propriété et à la convergence des contenus mettent à mal les valeurs fondamentales du journalisme.


Les journalistes ne peuvent évidemment pas porter l'entière responsabilité de défendre la liberté de presse. Il appartient autant à la profession qu'aux entreprises de presse, aux institutions publiques et à la société civile en général de promouvoir un journalisme d'intérêt public, indépendant de quelques intérêts politiques ou financiers que ce soit.


À cet égard, le soutien notamment financier au journalisme indépendant et la reconnaissance de la contribution des médias communautaires ou « citoyens » à l'équilibre de l'écosystème médiatique est essentiel. Par ailleurs, il est possible, pour peu que l'on favorise le développement d'une culture de la critique médiatique et de l'autocritique journalistique et que l'on améliore l'éducation aux médias, de concevoir la démocratisation de l'espace médiatique non pas comme une menace au journalisme professionnel, mais bien comme une contribution à la diversité des voix, à l'évolution des formes et des supports médiatiques ainsi qu'au renouvellement des approches journalistiques.


Une situation intenable


La communauté journalistique aura beau réitérer son engagement envers la mission première du journalisme, soit de contribuer à la délibération collective et d'éclairer le débat public, elle doit tout de même reconnaître que les conditions même de l'exercice du métier rendent cette mission de plus en plus impraticable.


Le contexte de crise accentue un déséquilibre de long date dans les relations industrielles au sein du secteur des médias d'information, un débalancement qui ne fait qu'aggraver la dégradation des conditions de travail et fragiliser le rapport de force entre les journalistes et les entreprises de presse. Les journalistes pigistes sont particulièrement touchés, en raison de l'absence d'un mécanisme de représentation et de négociation collective, mais il y a de plus en plus de journalistes précaires au sein même des entreprises de presse qui subissent de plein fouet les impacts de la crise, dont par exemple les surnuméraires de Radio-Canada.


Si le contrat que TC Média a tenté d'imposer à ses collaborateurs est un exemple frappant d'abus courants envers les pigistes, notamment en termes de rémunération et de propriété intellectuelle, la pratique n'a rien de nouveau. Le recours collectif intenté par l'AJIQ en 1999 contre des éditeurs de périodiques pour violation de droits d'auteurs en fait foi.


Il est donc urgent de (re)créer un rapport de force face aux entreprises de presse et face au gouvernement à travers une action syndicale concertée et déterminée. Ce combat, au delà des luttes syndicales locales au sein des salles de presse des divers médias, passe nécessairement par des représentations sectorielles afin d'instaurer un cadre réglementaire visant à pallier au déficit d'auto-régulation du marché. Un tel cadre pourrait éventuellement inclure des dispositions anti-trust qui permettraient de « remettre la pâte à dents dans le tube » pour reprendre l'expression de l'ancienne ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, suite au dépôt du rapport sur l'avenir de l'information au Québec en 2011.


Le combat contre la précarité des journalistes ne devrait par ailleurs pas être dissocié d'une lutte plus globale contre la tendance généralisée à la précarisation du travail qui est en « progression fulgurante » et qui semble « s'accélérer sous l'effet de la crise », selon Pierre Laliberté, économiste au Bureau international du travail. La lutte pour l'amélioration des conditions de travail des journalistes (ou pour en freiner la dégradation) doit donc s'inscrire dans le cadre de mobilisations intersectorielles et intersyndicales contre le travail précaire.


De la même manière, les luttes sectorielles des journalistes gagneraient à être menées plus explicitement dans une perspective de résistance contre le virage néolibéral en cours. Par exemple, on peut voir dans les compressions à Radio-Canada/CBC une manifestation parmi d'autres des politiques d'austérité mises de l'avant par les gouvernements fédéral et provincial. L'intimidation policière auprès de journalistes pour obtenir de l'information sur les sources médiatiques dans certaines enquêtes journalistiques pourrait être perçue comme le symptôme d'une hausse de la répression et du profilage politique. Enfin, le projet de loi sur l'utilisation des contenus journalistiques à des fins de publicité politique témoigne d'une logique de contrôle de l'information qui vise à détourner les processus et institutions démocratiques à des fins partisanes et électoralistes.


Confiance à rebâtir


Le fait que ces attaques frontales à la liberté de presse et à l'indépendance des journalistes se déroulent dans une relative indifférence du public témoigne de la gravité de la crise institutionnelle du journalisme. Il est donc impératif de mobiliser la communauté journalistique et le public qu'elle dessert autour d'une vision positive du journalisme contemporain, axée sur les opportunités et les défis que posent les mutations actuelles du monde des médias pour la vie démocratique.


Dans un article publié en 2010 dans le revue sociale et politique À Babord!, Stéphane Baillargeon, plaidait en faveur de la « revalorisation du métier de base, du journalisme dans sa fonction essentielle et fondamentale » et appelait les journalistes à « renouer avec l'analyse, la compréhension, l'explication, la critique, l'enquête et la mise en perspective ».


« Notre métier ne peut plus être pratiqué d'en haut, tel un argument d'autorité qui ne souffrirait pas la discussion, ni entre nous seuls, comme une histoire pour initiés qui tiendrait à distance le lecteur », affirmait Edwy Plenel. La révolution numérique en cours a en effet transformé les rapports entre les médias, les journalistes et le public. De ces transformations découlent un changement de paradigme qui a des effets sur toutes sortes de questions touchant autant la déontologie journalistique que le statut des journalistes, la fonction du journalisme ou la formation des journalistes.


« La crise actuelle des médias et les mutations numériques en cours », affirmait Stéphane Baillargeon offre « une formidable occasion de se questionner collectivement et personnellement sur la valeur du journalisme le plus exigeant. » L'avenir du journalisme dépendra en grande partie de la capacité des journalistes à aborder ces débats avec ouverture et à chercher des solutions qui répondent à la fois à leurs aspirations professionnelles et au besoin du public d'accéder à une information indépendante et de qualité.


Lire la suite · Catégories: Bulletin L’Indépendant, Le blogue · Commentaires (0)

20 octobre 2014

Formation - Débuter à la pige (Montréal)

par Sarah Champagne

Étudiants en journalisme, apprentis pigistes, salariés en quête de nouveaux défis, passionnés du monde des médias désireux d'aller plus loin: l'AJIQ vous propose un atelier sur le journalisme indépendant. Commencez votre carrière sur de bonnes bases ou donnez-lui du tonus! 

Des trucs du métier et de bons conseils : 
- L'expérience utile
- Internet, réseautage et milieu 
- Les bonnes idées et le synopsis 
- Solliciter un rédacteur en chef 
- Questions techniques : contrat et facturation
- Livrer la marchandise

Obtenir des piges c'est bien, en vivre c'est mieux ! 

Cette formation sera donnée par André Lavoie.
André Lavoie est critique de cinéma au journal Le Devoir, à l'agence de presse Mediafilm.ca et chroniqueur cinéma au magazine Coup de pouce. Il fut également programmateur invité à la Cinémathèque québécoise pour deux cycles de films consacrés à l'univers des médias et au métier de journaliste.

QUAND ? Jeudi 27 novembre 2014, de 19h à 21h

OÙ ? Au 1601, avenue De Lorimier, 
Salle Michel-Chartrand
Métro Papineau ou stationnement à l'arrière. 

COMBIEN ?
10 $ (membres AJIQ étudiants)
15 $ (membres AJIQ)
20 $ (non membres)

*INSCRIPTION OBLIGATOIRE*
bit.ly/debuter-pige-mtl 

Cette formation s'adresse aux débutants. 

Lire la suite · Catégories: Activités, Formation, Le blogue · Commentaires (0)


Nous reconnaissons le soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP), du ministère du Patrimoine canadien pour les coûts reliés à ce projet.

1124, rue Marie-Anne Est, bureau 12
Montréal (Québec) H2J 2B7
(514) 529-3105 (Boîte vocale)

© Tous droits réservés, Association des journalistes indépendants du Québec