Le blogue

Un espace de discussion sur le journalisme indépendant et l’AJIQ, sur les hauts et les bas du métier, ses bouleversements et son avenir.

 

16 avril 2015

GPJI : Encore 4 jours pour soumettre vos oeuvres

par Sarah Champagne

Bonne nouvelle pour les retardataires : l'AJIQ repousse la date butoir pour les candidatures aux Grands prix du journalisme indépendant jusqu'au lundi 20 avril. Les participants disposent donc de trois jours supplémentaires pour nous faire parvenir leurs oeuvres.

Pour ce faire, trois étapes faciles :
1- Remplir le formulaire de participation.
2- Acquitter le paiement par Paypal ou adresser un chèque à l'ordre de l'AJIQ.
3- Mettre à la poste les exemplaires requis, tel que spécifié dans le règlement. 


NOUVEAU :  pour les catégories photoreportage et multimédia, les oeuvres peuvent être envoyées par courriel à info@gpji.ca. Lisez attentivement les indications dans le règlement.

categories-GPJI-petit.jpg


Lire la suite · Catégories: Activités, Communiqués, Grands prix, Le blogue · Commentaires (0)

07 avril 2015

L'AJIQ présente son nouveau CA

par Sarah Champagne

MONTRÉAL, le 7 avril 2014 - Les membres de l'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) ont élu un nouveau conseil d'administration (CA) le 1er avril 2015, à Montréal, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle de l'association.


Simon Van Vliet a été élu au poste de président. Il siègera donc au CA pour la quatrième année. Anabel Cossette-Civitella, Sarah Champagne, Marie-Eve Cloutier, André Lavoie et Guillaume Roy ont renouvelé leur engagement auprès de l'AJIQ. Cinq nouveaux visages s'ajoutent aussi en tant qu'administrateurs : Nafi Alibert, Fanny Bourel, Martin Forgues, Sophie Mangado et Valérian Mazataud.


Après une présidence laissée vacante durant une année, l'élection de Simon Van Vliet est un atout pour l'association. Il connaît très bien les dossiers politiques et juridiques en cours à l'AJIQ et il a fait preuve d'un leadership positif. Le nouveau président a déjà signifié les grandes orientations qu'il entendait privilégier, notamment un discours public plus affirmé sur les changements médiatiques.


« Dans un contexte de crise financière, technique et politique du journalisme, il est important que le discours public et l'action politique de l'AJIQ portent autant sur l'amélioration immédiate des conditions de pratique des journalistes que sur la nécessaire démocratisation de l'espace médiatique », affirme le nouveau président. « Le défi est immense. Pour reprendre une formule proposée par Edwy Plenel dans le manifeste de Médiapart Combat pour une presse libre, il s'agit de défendre l'indépendance, de promouvoir la qualité et de restaurer la confiance. »


Pour ce faire, l'AJIQ est appelée à travailler simultanément sur trois fronts : l'amélioration des conditions de pratique, le développement professionnel et l'indépendance du journalisme. L'AJIQ doit créer un rapport de force face aux entreprises de presse et au gouvernement pour freiner la précarisation des journalistes, mobiliser la communauté journalistique autour d'une vision positive du journalisme contemporain et restaurer la confiance du public envers les journalistes en défendant une information indépendante et de qualité au service de la délibération collective et du débat public.


L'AJIQ compte également renforcer sa structure et consolider ses bases. « Nous souhaitons rendre le fonctionnement interne de l'AJIQ plus fluide et efficace, continuer à créer des espaces de socialisation pour dynamiser le milieu et offrir à nos membres des formations de qualité afin de peaufiner leurs compétences et d'être mieux outillés pour faire face au défi posé par la concentration de la presse et les mutations numériques », explique Marie-Ève Cloutier, vice-présidente réélue pour un second mandat au CA de l'AJIQ.


L'AJIQ entame donc cette année avec l'engagement de nouveaux membres au CA et une volonté palpable de mener à bien les nombreux projets qui se dessinent en 2015.


- 30 -

À propos de l'AJIQ : L'Association des journalistes indépendants du Québec, fondée à Montréal en 1988, est la seule organisation au Québec qui s'intéresse aux problèmes et à l'avenir des journalistes à statut précaire : les pigistes, les contractuels et les surnuméraires.


SOURCE

Simon Van Vliet
Président de l'AJIQ
514-750-3903

Marie-Eve Cloutier
Vice-présidente de l'AJIQ
438-821-0168

Lire la suite · Catégories: Communiqués, L'AJIQ, Le blogue · Commentaires (0)

25 mars 2015

Convocation à l'AGA 2015 de l'AJIQ

par Francis Therrien

Le Conseil d'administration de l'AJIQ invite tous ses membres à participer en grand nombre à notre assemblée générale annuelle qui aura lieu le mercredi 1er avril au Centre St-Pierre à 18h30. Demandez la salle Roger-Poirier dans l'édifice situé au 1212, rue Panet (local 203).

Pizza et vin d'honneur seront servis pour agrémenter l'assemblée générale.

Ordre du jour:
1. Ouverture
1.1 Élection d'un président et d'un secrétaire d'assemblée
1.2 Lecture et adoption de l'ordre du jour
1.3 Lecture et adoption du procès-verbal de l'AGA du 26 mars 2014

2. Rapports du CA
2.1. Présentation et adoption des États financiers
2.2. Présentation du rapport annuel3. Élection du conseil d'administration

3. Élection du CA 
3.1. Élection d'un président et d'une secrétaire d'assemblée
3.2. Mises en candidature et élection des membres du conseil d'administration

4. Prévisions budgétaires et orientations 2015

5. Levée 

AGA 2015 de l'AJIQ 
Mercredi 1er avril - 18h30
Centre St-Pierre
1201 Rue de la Visitation, Montréal

Lire la suite · Catégories: Activités, Le blogue · Commentaires (0)

17 mars 2015

Les GPJI sont de retour!

par Sarah Champagne


L'AJIQ est fière de lancer la sixième édition des Grands prix du journalisme indépendant (GPJI). Décernés à des journalistes pigistes du Québec depuis 2009, ces prix soulignent la qualité des œuvres produites, que ce soit en presse écrite, en photographie de presse, en illustration éditoriale, ou encore, en recherche.


Toutes les œuvres publiées entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2014 et qui répondent aux critères énoncés par les règles du concours sont admissibles. Membres ou non de l'AJIQ, tous les journalistes indépendants sont invités à soumettre leur candidature.


Vous avez cinq semaines pour nous faire parvenir vos oeuvres. Elles doivent être mises à la poste au plus tard le vendredi 17 avril 2015.


Tous les détails, formulaires et règlements se trouvent sur le site dédié au concours : gpji.ca


Et pour lire le communiqué de lancement du concours : bit.ly/1O3oQrM


Bonne chance!


Lire la suite · Catégories: Activités, Communiqués, Grands prix, Le blogue · Commentaires (0)

02 mars 2015

Enjeux et besoins de représentation collective chez les journalistes pigistes

par Simon Van Vliet


Ce texte reprend les principaux éléments de la présentation de l'AJIQ à Table ronde Nouvelles formes d'emploi, représentation collective et régimes alternatifs de rapports collectifs du travail, tenue le 26 novembre 2014 dans le cadre du congrès des relations industrielles de l'Université Laval sous le thème : « 50 ans du Code du travail : Raviver le droit à la représentation collective ».


Rappelons que l'AJIQ, fondée à Montréal en 1988, est la seule organisation au Québec qui s'intéresse aux problèmes et à l'avenir des journalistes à statut précaire:les pigistes, les contractuels et les surnuméraires. Néé d'une scission avec la FPJQ, où les patrons de presse sont également représentés, par le biais des cadres et qui refusait que la question des relations de travail y soit abordée, l'AJIQ a pour double mission d'obtenir un statut juridique pour les journalistes indépendants et d'améliorer le statut socio-économiques et les conditions de travail des pigistes.


De par leur statut, les journalistes pigistes ont été essentiellement exclus du mouvement de syndicalisation des journalistes qui a suivi l'entrée en vigueur du Code du travail, ce se traduit par une situation nettement moins avantageuse sur le plan de la rémunération, des droits et de la protection syndicale.


En conséquence, la situation des pigistes ne s'est pas améliorée (on peut même dire qu'elle s'est largement détériorée depuis 30 ans) : absence de sécurité d'emploi, faibles tarifs, conditions de travail précaires, absence de protection juridique en cas de poursuites, gestion des droits d'auteur, contrats abusifs, difficultés d'accès à des assurances collectives, etc.


L'état actuel d'un marché déréglementé et oligopolistique, accentue un déséquilibre de longue date dans les relations industrielles du secteur de médias, où le rapport de force est complètement disproportionné, particulièrement pour les pigistes qui ne jouissent d'aucune forme de représentation effective.


Il y a par ailleurs de plus en plus de journalistes précaires au sein même des entreprises de presse qui subissent de plein fouet les impacts de la « crise », dont par exemple les surnuméraires de Radio-Canada ou du Devoir. La valse des transactions, fusions et restructurations affecte directement les pigistes. Le Soleil a mis fin l'an dernier à ses collaboration avec tous les pigistes dans l'Est du Québec et maintenant cessera même de faire affaire avec des collaborateurs à Québec, privant une vingtaine de pigistes environ d'un de leurs clients. La récente transaction qui ferait passer les magazines de TC Média à Québécor risque de réduire encore plus le rapport de force, TVA Publications étant reconnue pour proposer un des pires contrats du milieu.


Même si les profits sont au rendez-vous (on parle chez Québecor de 62,5 millions $ au quatrième trimestre 2013 et chez TC de 498,2 millions $ au deuxième trimestre 2014), à l'heure actuelle, les pigistes sont les premiers touchés par la soit-disant « crise » des médias. La principale raison est qu'ils ne disposent d'aucune protection sociale.


Dans ce contexte, il faut mener une réflexion sur les régimes existants et notamment sur la possibilité d'intégrer les pigistes aux unités de négociation syndicale existantes et d'éliminer les clauses d'exclusion prioritaire des pigistes, surnuméraires et collaborateurs en cas de mise à pied, inscrite dans certaines conventions collectives, notamment celle du Soleil.


Afin de créer un cadre général permettant de ré-équilibrer les relations industrielles dans le secteur, il est par ailleurs impératif d'établir un régime particulier de négociation collective permettant à l'AJIQ de représenter effectivement les pigistes face aux donneurs d'ouvrage. C'est là la première revendication de l'AJIQ, et ce depuis plus de 25 ans.


Le modèle sur lequel s'appuie l'AJIQ est celui de la loi sur le statut de l'artiste, mais pourquoi ne pas s'inspirer d'exemples internationaux?


En France, une loi accorde aux journalistes pigistes le même statut que les salariés depuis 1974 : la reconnaissance comme journalistes professionnels et l'accès (théorique) aux mêmes avantages sociaux que les salariés. (Évidemment, l'application de cette loi est loin d'être parfaite et elle est de plus en plus contournée par les entreprises de presse.) Récemment, une convention collective nationale couvrant l'ensemble des journalistes (incluant les pigistes) et professionnels des métiers de l'information a été négociée au Cameroun sous l'égide d'une commission tripartite (syndicats-entreprises-État). Dans ce cas également, l'application de la loi est déficiente, mais si une telle réalisation a été possible dans un pays sous la dictature depuis 1982 et qui figure au 131 rang du classement mondial de la liberté de presse de Reporters sans frontières (RSF), ce doit être possible de faire pareil ou même mieux au Canada, qui figure en 18 position du classement RSF et qui était encore, jusqu'aux dernières nouvelles, une démocratie!


Lire la suite · Catégories: Journalisme indépendant, Le blogue · Commentaires (0)


Nous reconnaissons le soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP), du ministère du Patrimoine canadien pour les coûts reliés à ce projet.

1124, rue Marie-Anne Est, bureau 12
Montréal (Québec) H2J 2B7
(514) 529-3105 (Boîte vocale)

© Tous droits réservés, Association des journalistes indépendants du Québec