Le blogue

Un espace de discussion sur le journalisme indépendant et l’AJIQ, sur les hauts et les bas du métier, ses bouleversements et son avenir.

 

10 octobre 2014

L'AJIQ s'oppose au projet de loi fédéral d'utiliser des textes journalistiques à des fins de publicités politiques

par AJIQ


COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

 

L'AJIQ s'oppose au projet de loi fédéral d'utiliser des textes journalistiques à des fins de publicités politiques

 

Montréal, le 10 octobre 2014 - L'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) est profondément indignée des intentions du gouvernement Harper d'utiliser à des fins de publicités politiques les écrits de journalistes au pays, tel que le décrivait la chaîne CTV hier, d'après un document interne dont elle a obtenu copie.

 

Qu'un gouvernement s'approprie des écrits hors contexte de journalistes pour mousser ses politiques ou attaquer des adversaires politiques est tout simplement scandaleux. Qu'un gouvernement aille jusqu'à modifier la loi sur les droits d'auteur pour s'arroger ce genre de pouvoir nous fait craindre des dérives importantes qui atteindront en leur cœur les démocraties québécoise et canadienne.

 

« Ce n'est pas seulement au droit d'auteur que s'attaque ici le gouvernement Harper, mais plus spécifiquement au droit moral des journalistes, à savoir le respect de l'intégrité de leur œuvre, affirme Simon Van Vliet, vice-président et porte-parole de l'AJIQ. Nous avons lutté contre des contrats abusifs qui allaient permettre aux entreprises de presse de faire ce que Stephen Harper veut faire! Ce projet de loi témoigne d'un mépris total envers le travail journalistique, mépris qui ne devrait plus surprendre personne venant des conservateurs à Ottawa, à qui on doit notamment les plus grandes compressions que Radio-Canada ait connues. »

 

Le projet de loi que les conservateurs sont censés mettre en branle d'ici les prochaines semaines s'attaquerait donc à la démocratie, mais aussi à l'intégrité, à la propriété intellectuelle et à la crédibilité du travail des journalistes de tout le pays. Qu'on se le rappelle : le journalisme est à l'opposé de la publicité et des relations publiques ; il questionne et demande des comptes tandis qu'elles congratulent et flattent. Le gouvernement Harper tient-il à dénaturer complètement le travail des journalistes canadiens? À confondre la population, qui pensera que les journalistes sont à la solde des politiciens ? La réponse semble oui.

 

La ministre du Patrimoine canadien Shelly Glover répondait hier à la Chambre des communes qu' « il existe un intérêt public à ce que les politiciens soient redevables pour ce qu'ils font et disent dans des forums publics. Les principaux réseaux de télévision ne devraient pas avoir la possibilité de censurer ce qui peut et ne peut pas être diffusé au public canadien. » L'AJIQ considère que la ministre Glover erre complètement ; les médias informent déjà le public canadien de leur mieux. Se servir de leur contenu sans autorisation pour des publicités politiques, tel que son parti envisage de le faire, ce ne serait pas informer le public, mais bien l'induire en erreur et ne pas le respecter. Les électeurs canadiens ont droit à plus d'égard que cela.

 

Ce qui sépare les démocraties des États totalitaires a toujours été une saine vie médiatique, libre de toute ingérence politique. Où le Canada s'en va-t-il avec un tel projet de loi? L'AJIQ est très inquiète et invite tous les journalistes, salariés et pigistes, et tous les patrons de presse à s'opposer farouchement à ce projet de loi en sortant de leur réserve journalistique habituelle. Il en va non seulement de l'intégrité de notre travail, mais de la frontière qui doit rester étanche entre le pouvoir politique et les médias.

 

- 30 -

 

Information :

Simon Van Vliet

Vice-président et porte-parole de l'AJIQ

514 750-3903

info@ajiq.qc.ca

www.ajiq.qc.ca

 

 

 

 

 

 

Lire la suite · Catégories: Communiqués, Droits d’auteur, Le blogue · Commentaires (0)

06 octobre 2014

«C'est quand, les GPJI?»

par Sara-Emmanuelle Duchesne


« Pas de Grands prix du journalisme indépendant cette année? » vous demandez-vous?

Pas d'inquiétude, ils reviennent dès le printemps prochain. Nous désirons en effet revenir à un gala de « début » d'année, ce qui explique l'absence de l'événement en 2014. Restez à l'affût et continuez d'écrire des articles qui vous démarqueront de vos collègues!


Lire la suite · Catégories: Grands prix, Le blogue · Commentaires (0)

29 septembre 2014

Des formations cet automne

par Francis Therrien

L'AJIQ vous invite à participer à quatre formations cet automne et au nouveau programme de mentorat.

Toutes les descriptions complètes des formations sont disponibles en cliquant sur les liens, ainsi que l'inscription en ligne. Les formations ont lieu de 19h à 21h, à Montréal, sauf indication contraire. 

Nos tarifs sont très accessibles: 
  1. 10$ membre étudiant de l'AJIQ
  2. 15$ membre de l'AJIQ (toutes catégories)
  3. 20$ non-membre 

Jeudi 16 octobre - Reportage à l'étranger 

Jeudi 23 octobre - Débuter à la pige (Québec) 

Mardi 4 novembre - Planification financière pour les nuls 

Jeudi 27 novembre - Débuter à la pige (Montréal) 

N'hésitez pas à communiquer avec nous pour toute question : ajiq.communications@gmail.com. 

Au plaisir de vous y voir!!

Lire la suite · Catégories: Activités, Le blogue · Commentaires (0)

17 septembre 2014

Jumelage pour le programme de mentorat

par Sarah Champagne

Inscription obligatoire au speed-dating de jumelage pour les apprentis («mentorés») bit.ly/jumelage-mentorat

Attention, si vous n'êtes pas déjà membre, déposer votre dossier d'adhésion pour un traitement rapide : bit.ly/17Sv6uS

Pourquoi?

Le mentorat est un accompagnement bénévole d'une personne en évolution par une personne avec de l'expérience et du savoir-faire à transmettre. 

L'apprenti cherche à élargir son réseau de contacts, tout en obtenant une rétroaction sur le travail qu'il effectue déjà et en y trouvant de nouveaux débouchés. Le mentor peut orienter l'apprenti pour ses choix de carrière au sein du milieu journalistique.

Concrètement, le mentorat prend la forme de rencontres, d'appels téléphoniques et de courriels (voir les deux formules proposées plus bas). Le jumelage se fait lors de cette soirée de speed-dating.


Les mentors de l'AJIQ

  1. - Michel Coulombe
  2. - Errol Duchaine
  3. - Dominique Forget
  4. - François Guérard
  5. - Pascal Lapointe
  6. - Jacques Nadeau
  7. - Jean-Benoit Nadeau
  8. - Kathy Noël
  9. - Steve Proulx
  10. - Jonathan Trudel

---

Le profil de l'apprenti («mentoré»)

- Membres de l'AJIQ : ouvert à toutes les catégories de membres de l'AJIQ

- Un journaliste ayant déjà publié des articles, mais étant encore en début de carrière, et donc désireux d'accélérer son ascension professionnelle 

**ATTENTION: à l'issue de cette soirée, les candidats au jumelage n'auront pas tous un mentor, mais ils se seront fait connaître davantage du milieu.**


Les devoirs d'un apprenti

- Être curieux
- S'engager à la formule choisie
- Avoir des questions à poser lors des rencontres / amener du matériel duquel discuter 
- Savoir accepter la critique 
- En s'inscrivant au speed-dating, l'apprenti doit fournir une description de 50 mots de son parcours professionnel et de ses objectifs journalistiques à moyen terme. 

---

Deux formules de mentorat

Formule de suivi

- Un suivi sur une période d'un an
- S'engager à rencontrer l'apprenti une fois par saison (4 fois par année), pour quelques heures 
- Donner son appréciation sur une production journalistique déjà réalisée et des pistes d'amélioration.

Formule blitz
- Accompagner un pigiste dans le processus de production (ex : l'apprenti vise une publication en particulier et le mentor l'aide
- Le mentor aide à déterminer un angle, à orienter la recherche, guide la rédaction et la publication.
- Plus court, mais plus intense (maximum : 2 mois)

**Attention, on n'attend pas des mentors qu'ils corrigent systématiquement des textes ou qu'ils répondent à de nombreux courriels. C'est une aide ponctuelle, un coup de pouce.**



Lire la suite · Catégories: Activités, Le blogue · Commentaires (0)

17 septembre 2014

Formation - Débuter à la pige (Montréal)

par Sarah Champagne

Étudiants en journalisme, apprentis pigistes, salariés en quête de nouveaux défis, passionnés du monde des médias désireux d'aller plus loin: l'AJIQ vous propose un atelier sur le journalisme indépendant. Commencez votre carrière sur de bonnes bases ou donnez-lui du tonus! 

Quelques trucs du métier et de bons conseils : 
- L'expérience utile
- Internet, réseautage et milieu 
- Les bonnes idées et le synopsis 
- Solliciter un rédacteur en chef 
- Questions techniques : contrat et facturation
- Livrer la marchandise

Obtenir des piges c'est bien, en vivre c'est mieux ! 

Cette formation sera donnée par André Lavoie.
André Lavoie est critique de cinéma au journal Le Devoir, à l'agence de presse Mediafilm.ca et chroniqueur cinéma au magazine Coup de pouce. Il fut également programmateur invité à la Cinémathèque québécoise pour deux cycles de films consacrés à l'univers des médias et au métier de journaliste.

QUAND ? Jeudi 27 novembre 2014, de 19h à 21h

OÙ ? Au 1601, avenue De Lorimier, 
Salle Michel-Chartrand
Métro Papineau ou stationnement à l'arrière. 

COMBIEN ?
10 $ (membres AJIQ étudiants)
15 $ (membres AJIQ)
20 $ (non membres)

*INSCRIPTION OBLIGATOIRE*
bit.ly/debuter-pige-mtl 

Cette formation s'adresse aux débutants. 

Lire la suite · Catégories: Activités, Formation, Le blogue · Commentaires (0)


Nous reconnaissons le soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP), du ministère du Patrimoine canadien pour les coûts reliés à ce projet.

1124, rue Marie-Anne Est, bureau 12
Montréal (Québec) H2J 2B7
(514) 529-3105 (Boîte vocale)

© Tous droits réservés, Association des journalistes indépendants du Québec